Tagué: Dâm Funk

Garrett (Dam-Funk) : Private Life

 

Le voilà le disque de l’été que tu n’attendais pas, le truc qui arrive un peu par surprise mais réceptionné avec joie. Garrett (pseudo pourri donc parfait) et sa vie privée à L.A, arrive comme l’album apéritif idéal pour tout aoûtien qui se respecte. Derrière cette pochette Music From Memory, aucun blanc-bec batave en claquettes-chaussettes Fila mais le grand Dam Funk qui déroule ici sa science du cruising sonore, comme une lente dérive synthétique où toute la moelle mélodico-mélancolique du producteur californien se retrouve dans cette cool collection d’instrumentaux. Indéniablement, le disque parfait pour la voiture entre la plage et Cora. En attendant le prochain Krikor, à la rentrée, qui lui aussi se pose là comme nourriture essentielle pour l’autoradio.

Le funk galactique du Damon

On ne se lasse pas de Dâm Funk. Damon Riddick produit un funk électronique certes passéiste, mais il le fait tellement bien. Son double album revient souvent sur la platine, et quand il sort de sa torpeur de (weed) lover pour composer ce Galactic fun au gimmick redoutable, on se dit que les charts mondiaux ont raté un hymne. Celui-ci aurait dû fédérer fans de house et de hip-hop dans un monde idéal mais là on s’égare…