Clark Gable : Law & Order (K7, Scum Yr Earth)

 

Un drôle de bonhomme à chapeau vous susurre « Clark Gable » à l’oreille, s’ensuivent des souvenirs de l’ORTF, des synthés antédiluviens, un son qui gratte, une voix qui hante, un Suicide acoustique, un blues du delta (plane) qui s’ignore. Vu et entendu au Non Scum Festival en avril dernier (assurément le raout de l’année pour la déviance sonique et picturale) Clark Gable sortait de nulle part et foudroyait l’assistance avec ses collages de metteur en scène sonore. Law & Order est surtout une sacrée cassette éprise de liberté, qui fait partie de la dernière salve de sorties Scum Yr Earth : une avalanche de bruit blanc pour effrayer le voisin, du dub pour la dinde ou encore du clavecin maboule. Il y en a peu, comme d’habitude, très recommandé donc.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s