Julius Eastman : Femenine

julius-eastman-femenine-5616

 

Joyous, insistent, and immersive, Femenine bathes the listener in surges of tonal colour from intertwining winds, piano, violin, pitched percussion, synthesizer and – uniquely – the composer’s own invention of mechanised sleigh bells, which provide the 72-minute piece with its characteristic pulse.

A l’heure des bilans, oublions Mykki Blanco / Woodkid pour Julius Eastman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s