Lewis : L’amour

lewislamour

 

La réédition du moment ? 1983, un éphèbe canadien qui sort d’une pub pour after-shave (merci Bazooka) oscille entre des synthés lunaires façon Twin Peaks et une retenue qui émeut tout particulièrement à la nuit tombée. C’est le Springsteen de Nebraska, c’est ce que tu veux, c’est n’importe quoi et bien entendu le disque retient toute notre attention. De là à parier que le label Light in the Attic refasse le même carton qu’avec Sixto Rodriguez, faut pas déconner non plus. Rasez vous et faites l’amour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s