Renata Adler : Hors-bord

hors-bord-renata-adler

« On va chez toi ou est- ce qu’on fait un tour au Elaine’s ? » a demandé le jeune homme. Il était trois heures du matin. Il venait de divorcer. Cette même question était sans doute posée dans d’autres taxis à travers New York, au même moment.
« Elaine’s », ai- je répondu. C’est là que nous avons trinqué. Au Elaine’s, aux indices du Dow Jones, à l’avenir, et puis à la préservation de la paix des ménages. La liberté signifie qu’on n’a plus rien ; les réceptacles à monnaie des taxis sont des sono-
tones où l’on fourre les doigts ; quand les coupures de journaux défilent trop vite, c’est comme de se réveiller et essayer de
s’orienter dans le lit. Où peuvent bien être le mur, le nord, le sud, et d’ailleurs, de quelle ville s’agit- il ? Dans certains motels
de grand standing, près des aéroports, le long des autoroutes, on trouve des Doigts magiques : un dispositif qui, pour vingt-
cinq cents insérés dans une boîte en métal, fait vibrer votre lit pendant une minute et vous berce doucement. Il ne s’agit pas
de vrais doigts. On a plutôt l’impression de s’endormir dans un train roulant sur de bons rails. Un autocollant sur la boîte
en métal explique que vous pouvez avoir ces Doigts magiques chez vous. Personne n’en a autour de moi. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s