George Issakidis : Karezza

karezza

 

Vous n’attendiez plus rien de la musique de danse quand soudain un nouvel album des Micronauts débarque, enfin non un disque de George Issakidis. La plus grand arlésienne de la techno-musique d’ici déboule pour faire pleurer la concurrence. Karezza est compliqué, dansant, weirdo, et évident. En boucle depuis quelques heures (Hold my hand, beaucoup) on retrouve forcément ce que l’on aime chez les Micronauts, ce côté Xenakis sur le dancefloor, cette bizarrerie non feinte et passionnante. Outre ces délicieuses dérives sonores, le groove y est toujours d’une inexplicable classe, catchy et sévère comme les meilleurs moments de Remote ou Ivan Smagghe à une heure avancée de la nuit. C’est une chose toute bête mais ce qui est plaisant chez Issakidis c’est d’avoir affaire avec un artiste, un vrai, pas le gros mot. Quelqu’un qui possède une vision et quelque chose à dire, une performance assez rare chez ses congénères. Une Caresse tantrique qui devrait tourner longtemps sur la platine.

Un commentaire

  1. Pingback: Sur la platine en 2013 | oedipe purple

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s