Pauline à la Plage d’Eric Rohmer

 

C’est encore CroCnique qui m’a donné récemment envie de revoir Pauline à la Plage. Quand on parlait bêtement il y a quelques années d’exception culturelle en France, souvent je pensais au cinéma de Rohmer. C’était surement dû au souvenir de la découverte du dialogue rohmerien, ce truc immense qui envahit l’écran de l’adolescent ébahi. L’habituelle logorrhée littéraire transposée sur la côte normande (Jullouville exactement) impressionne, grâce un découpage rapide ammenant un quiproquo révélateur. En général on aime (ou on déteste ) Rohmer parce qu’on y parle comme dans un roman sentimental, mais c’est aussi un grand plaisir de traquer ici quelques détails de style de l’année de tournage (1982) et jouir de la photo : en fait ce film n’est qu’un chant d’amour à la planche à voile, ou au maillot de bain d’Arielle Dombasle, c’est au choix.

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s